Atelier du patrimoine de Saintonge

Villa Musso - 62, cours National - 17100 Saintes

entete

Les vestiges du rempart romain

Comme la plupart des villes de Gaule, Mediolanum a connu au Bas-Empire un phénomène de transformation radicale par la construction d’une enceinte qui n’englobait qu’une partie de l’agglomération antique. Les causes et les dates précises de ce bouleversement ne sont pas clairement établies, bien qu’on les ait souvent rattachées au début des invasions barbares dans les années 270.

Le rempart était long d’environ 1,5 km et la ville fortifiée - le castrum - de Mediolanum couvrait 18 hectares.

Elle comprenait le quartier bas situé dans la boucle du fleuve ainsi qu’une portion de falaise qui le domine, alors que la ville ouverte était beaucoup plus étendue. Les quartiers extérieurs, dont une partie au moins de l’ancien forum, furent abandonnés. D’importants monuments, pour certains déjà délaissés, furent démontés et on utilisa les blocs de pierre, souvent sculptés, pour asseoir les fondations du mur d’enceinte. C’est ce qui est encore visible place des Récollets ou bien encore dans l’enceinte de l’hôpital, rue Bernard. Dans le premier cas on peut encore voir le soubassement en blocs de grand appareil qui à l’origine avait une hauteur de 5 m environ pour une épaisseur d’approximativement 4 m.

Dans les terrains alluvionnaires instables, situés près de la Charente, les fondations reposaient sur des pieux en bois. Au-dessus de ces fondations, le mur, construit en blocage de pierres noyées dans un bain de mortier, offrait une surface soignée composée d’un parement de petits mœllons et s’élevait encore de 5 ou 6 m.

Le rempart flanqué de tours devait avoir un rôle ostentatoire autant que militaire. Le pont, dans le prolongement de la voie Agrippa, fut intégré à cette nouvelle ville et en constituait le passage essentiel et monumental. Il contribua à la mise en place d’une nouvelle identité urbaine qui allait se pérenniser jusqu’au XVIIIe siècle.

Lors de la christianisation, c’est à l’intérieur du castrum, contre le rempart, que les évêques établirent leur cathédrale. Au Moyen Age, vers les 11ème-12ème siècle le tronçon oriental fut démoli pour être remplacé par une enceinte située plus près du fleuve.

Lors des fouilles de 1887, de nombreux blocs gravés ou sculptés provenant de monuments publics ou funéraires ont été retrouvés. Aujourd’hui, conservés au musée archéologique, ils témoignent de la qualité de la parure monumentale de ces premiers siècles de notre ère.