Atelier du patrimoine de Saintonge

Villa Musso - 62, cours National - 17100 Saintes

entete

L'arc de Germanicus

L’arc romain qui s’élève sur la rive droite de la Charente a été construit vers 18-19 ap. J. C. Il était implanté à l’entrée du pont romain qui franchissait la Charente. L’élargissement progressif du lit du fleuve entraîna au cours du Moyen Age, le prolongement du pont vers l’est. Lors de la démolition du vieux pont en 1843, l’arc fut sauvé grâce à Prosper Mérimée et remonté sur la nouvelle berge.

Le nom d’ « Arc de Germanicus » , provient par tradition d’une lecture incomplète de la dédicace du monument.

La grande voie créée par Agrippa dès la fin du 1er siècle av. J. C. , reliant Lyon, capitale des trois Gaules, à l’Atlantique, arrivait dans la cité des Santons par l’est. L’arc romain de Saintes nous rappelle l’accès principal menant à la cité antique de Mediolanum et le pont qui franchissait la Charente à cet endroit. Cet axe majeur du réseau des rues antiques, le Decumanus Maximus, est encore perceptible aujourd’hui sur la rive droite avec la rue Arc-de-Triomphe et sur la rive gauche avec la rue Victor-Hugo.

Véritable porte de ville avec ses deux arches correspondant aux deux sens de circulation, ce monument dédié à l’empereur Tibère, à son fils Drusus et à son neveu Germanicus, a été construit par un noble Santon du nom de Caius Julius Rufus. Ce personnage, en vue dans sa cité, décline sur l’arc toute sa titulature ainsi que sa généalogie d’origine gauloise.

L’arc, long de 15,9 m et haut de près de 15 m offre une grande sobriété dans son décor architectural. Une série de grandes corniches créant des lignes horizontales vigoureuses séparent les différents niveaux du monument. Les trois piédroits des arches ont un socle surmonté par des pilastres cannelés portant des chapiteaux qui soutiennent un entablement corinthien. L’étage des voûtes est décoré, aux angles, de colonnes cannelées engagées aux deux tiers, surmontées de chapiteaux composites. Ceux-ci, assez sommairement rendus, comptent parmi les plus anciens de leur catégorie en occident. L’arc est couronné par un entablement dont la frise porte sur chacune des faces principales les mêmes dédicaces.